peng's FotoPage

By: peng huang

[Recommend this Fotopage] | [Share this Fotopage]
[Archive]
Sunday, 26-Aug-2012 22:09 Email | Share | | Bookmark
Vous le trouverez dansl'enthousiasme moncler vestehomme

Vous le trouverez dansl'enthousiasme.De quoi? demanda la baronne.Des Françaises, madame. Il veut absolument prendre femme à Paris. Le comte de MonteCristo, Tome III Une belle idée qu'il a là!» dit Danglars en haussant les épaules.Mme Danglars regarda son mari avec une expression qui, dans tout autre moment, eût présagé un orage, maispour la seconde fois elle se tut. moncler vestehomme
«Le baron paraît bien sombre aujourd'hui, dit MonteCristo à Mme Danglars; estce qu'on voudrait le faireministre, par hasard?Non, pas encore, que je sache. Je crois plutôt qu'il aura joué à la Bourse, qu'il aura perdu, et qu'il ne sait àqui s'en prendre.M. et Mme de Villefort!» cria Baptistin.Les deux personnes annoncées entrèrent. M. bonnet moncler de Villefort, malgré sa puissance sur luimême, était visiblementému. En touchant sa main, MonteCristo sentit qu'elle tremblait.«Décidément, il n'y a que les femmes pour savoir dissimuler», se dit MonteCristo à luimême et en regardantMme Danglars, qui souriait au procureur du roi et qui embrassait sa femme.Après les premiers compliments, le comte vit Bertuccio qui, occupé jusquelà du côté de l'office, se glissaitdans un petit salon attenant à celui dans lequel on se trouvait. Il alla à lui.«Que voulezvous, monsieur Bertuccio? lui ditil. moncler shop
Son Excellence ne m'a pas dit le nombre de ses convives.Ah! c'est vrai.Combien de couverts?Comptez vousmême.Tout le monde estil arrivé, Excellence?Oui.»Bertuccio glissa son regard à travers la porte entrebâillée. MonteCristo le couvait des yeux.


Thursday, 23-Aug-2012 02:28 Email | Share | | Bookmark
Oui, monsieur

Oui, monsieur. J'ajouterai même que je le quitte à l'instant, que l'histoire qu'il m'a contée de ce fils chéri,perdu autrefois, m'a fort touché; en vérité, ses douleurs, ses craintes, ses espérances à ce sujet composeraientun poème attendrissant. Enfin il reçut un jour des nouvelles qui lui annonçaient que les ravisseurs de son filsoffraient de le rendre, ou d'indiquer où il était, moyennant une somme assez forte. Mais rien ne retint ce bonpère; cette somme fut envoyée à la frontière du Piémont, avec un passeport tout visé pour l'Italie. Vous étiezdans le Midi de la France, je crois?Oui, monsieur, répondit Andrea d'un air assez embarrassé; oui, j'étais dans le Midi de la France.Une voiture devait vous attendre à Nice?C'est bien cela, monsieur; elle m'a conduit de Nice à Gênes, de Gênes à Turin, de Turin à Chambéry, deChambéry à PontdeBeauvoisin, et de PontdeBeauvoisin à Paris. veste moncler
À merveille! il espérait toujours vous rencontrer en chemin, car c'était la route qu'il suivait luimême; voilàpourquoi votre itinéraire avait été tracé ainsi.Mais, dit Andrea, s'il m'eût rencontré, ce cher père, je doute qu'il m'eût reconnu; je suis quelque peu changédepuis que je l'ai perdu de vue.Oh! la voix du sang, dit MonteCristo.Ah! oui, c'est vrai, reprit le jeune homme, je n'y songeais pas à la voix du sang.Maintenant, reprit MonteCristo, une seule chose inquiète le marquis Cavalcanti, c'est ce que vous avez faitpendant que vous avez été éloigné de lui; c'est de quelle façon vous avez été traité par vos persécuteurs; c'estsi l'on a conservé pour votre naissance tous les égards qui lui étaient dus; c'est enfin s'il ne vous est pas restéde cette souffrance morale à laquelle vous avez été exposé, souffrance pire cent fois que la souffrance Le comte de MonteCristo, Tome III physique, quelque affaiblissement des facultés dont la nature vous a si largement doué, et si vous croyezvousmême pouvoir reprendre et soutenir dignement dans le monde le rang qui vous appartient.Monsieur, balbutia le jeune homme étourdi, j'espère qu'aucun faux rapport. moncler veste ...Moi! J'ai entendu parler de vous pour la première fois par mon ami Wilmore, le philanthrope. J'ai su qu'ilvous avait trouvé dans une position fâcheuse, j'ignore laquelle, et ne lui ai fait aucune question: je ne suis pascurieux. Vos malheurs l'ont intéressé, donc vous étiez intéressant. moncler fr
Il m'a dit qu'il voulait vous rendre dans lemonde la position que vous aviez perdue, qu'il chercherait votre père, qu'il le trouverait; l'a cherché, il l'atrouvé, à ce qu'il paraît, puisqu'il est là; enfin il m'a prévenu hier de votre arrivée, en me donnant encorequelques autres instructions relatives à votre fortune; voilà tout. Je sais que c'est un original, mon amiWilmore, mais en même temps, comme c'est un homme sûr, riche comme une mine d'or, qui, par conséquent,peut se passer ses originalités sans qu'elles le ruinent, j'ai promis de suivre ses instructions. Maintenant,monsieur, ne vous blessez pas de ma question: comme je serai obligé de vous patronner quelque peu, jedésirerais savoir si les malheurs qui vous sont arrivés, malheurs indépendants de votre volonté et qui nediminuent en aucune façon la considération que je vous porte, ne vous ont pas rendu quelque peu étranger à cemonde dans lequel votre fortune et votre nom vous appelaient à faire si bonne figure.Monsieur, répondit le jeune homme reprenant son aplomb au fur et à mesure que le comte parlait,rassurezvous sur ce point: les ravisseurs qui m'ont éloigné de mon père, et qui, sans doute, avaient pour butde me vendre plus tard à lui comme ils l'ont fait ont calculé que, pour tirer un bon parti de moi, il fallait melaisser toute ma valeur personnelle, et même l'augmenter encore, s'il était possible; j'ai donc reçu une assezbonne éducation, et j'ai été traité par les larrons d'enfants à peu près comme l'étaient dans l'Asie Mineure lesesclaves dont leurs maîtres faisaient des grammairiens, des médecins et des philosophes, pour les vendre pluscher au marché de Rome.»MonteCristo sourit avec satisfaction; il n'avait pas tant espéré, à ce qu'il paraît, de M. Andrea Cavalcanti.


[Archive]

© Pidgin Technologies Ltd. 2016

ns4008464.ip-198-27-69.net